Designer interactif

 

Ces deux mots sont beaucoup utilisés dans le domaine du Design de nos jours. Mais qu’est-ce que le Design Interactif ? Et qu’est-ce qui fait de vous un Designer Interactif ? La naissance de nouveaux métiers élargit le choix pour les étudiants. Mais il est important qu’ils sachent de quoi il s’agit pour faire un choix réfléchi, un choix qui leur permettra de s’épanouir dans la pratique de leur métier. Nous allons expliquer ce qu’implique la notion de Design Interactif et en quoi consiste le métier de Designer Interactif

Comprendre le Design interactif 

Le Design d’Interaction est un processus dans lequel les concepteurs se concentrent sur la création d’interfaces web engageantes avec des comportements et des actions logiques et réfléchis. Une conception interactive réussie utilise la technologie et les principes d’une bonne communication pour créer l’expérience utilisateur souhaitée. 

Le designer d’interaction conçoit des produits et des services numériques. Il choisit la façon dont un objet ou un service va ressortir auprès des utilisateurs.

Add Content Block

En bref, c’est la conception de l’interaction entre les utilisateurs et les produits. Le plus souvent, quand les gens parlent de Design Interactif, les produits sont très souvent des logiciels, des applications, ou des sites Web. Le but du design d’interaction est de créer des produits qui permettent à l’utilisateur d’atteindre ses objectifs de la meilleure façon possible.

Qui est le Designer interactif et qu’est-ce qu’il fait ? 

Un Designer interactif est la personne de l’équipe de conception, de développement, de création ou de marketing qui aide à former et à créer une stratégie de conception. Il aide à identifier les interactions clés du produit. De plus, il participe à créer des prototypes pour tester les concepts et à se tenir au courant des technologies et tendances qui auront un impact sur les utilisateurs.

Les parcours professionnels des concepteurs d’interactions sont variés. Ils sont souvent passés par des études de graphisme (Bachelor design graphique, DNMADE ou Demade). Certains programmes de conception formelle existent dans ce domaine. Mais beaucoup y ont accès par expérience ou par hasard. Mais l’un des traits communs des Designers interactifs en termes de formation est la soif de savoir comment les choses fonctionnent, de ne pas avoir peur de poser des questions et d’avoir la capacité de visualiser et de jouer avec des éléments et des concepts nouveaux. 

Les missions qu’il est chargé de réaliser ? 

Le Designer interactif doit cadrer et analyser au mieux les besoins des clients afin de faciliter l’usage du produit. Il tire parti des recherches qu’il a effectué avec le chef de projet de manière à dégager une représentation fidèle de ses résultats sous forme de diagrammes, benchmarks (représentation de l’étude existante) … Ce designer recherche des solutions adaptées en fonction des attentes et besoins de ses clients. Pour cela, il explore les solutions possibles en les testant. Chacune des solutions émises passent par une analyse qui établit leur faisabilité technique avec une équipe de développeurs. Enfin, Il écrit des scénarios représentatifs et modélise les solutions à apporter en construisant des maquettes, des prototypes…

 Les qualités d’un bon Designer interactif

Vous devez avoir une bonne maîtrise de la conception graphique, de la conception d’interface et des sujets connexes. Vous devez avoir le sens des caractéristiques des bons et des mauvais choix de design. Et vous devez être au courant des bonnes pratiques de conception dans le créneau dans lequel vous travaillez. Les compétences en programmation ne sont pas toujours nécessaires dans ce rôle. Mais si c’est le cas, la connaissance de JavaScript et HTML/CSS en particulier seront utiles. Dans tous les cas, de telles compétences seront toujours précieuses dans une entreprise axée sur la technologie.

Le designer d’interaction doit disposer de bonnes connaissances en sciences humaines et comportementales. Savoir s’adapter au changement, aux évolutions technologiques, aux nouvelles habitudes de consommation… est ici encore une qualité requise pour pouvoir exercer ce métier dans les meilleures conditions possibles. Il doit développer ses soft skills de sorte à communiquer et collaborer avec l’ensemble des parties prenantes.

Quelles études faire ?

Tout n’est pas encore clair, puisque cette profession est nouvelle, elle a attiré des diplômés et des experts dans des domaines connexes. Parmi eux des concepteurs graphiques, des informaticiens, des développeurs de logiciels et même des diplômés en psychologie et autres sciences sociales.

En fait, les domaines d’applications sont très nombreux, des transports à la santé en passant par la culture. Ce que vous faites en tant que Designer interactif est lié à de nombreux domaines différents. Souvent associé au domaine du web malgré tout, l’objectif ne réside pas que dans la création de sites internet, il s’étend aujourd’hui à l’ensemble des objets connectés et services interactifs.

Si vous êtes un expert dans l’un de ces domaines, vous êtes équipé pour devenir bon dans les autres compétences qui sont nécessaires. Il vous faudra peut-être de l’expérience pratique pour y arriver. Inexistantes il y a encore une dizaine d’années, les spécialisations se sont multipliées dans différents établissements, du bac +3 minimum au bac +5. Le métier est accessible via des licences professionnelles en design numérique, et jusqu’à un master en design et développement des objets par exemple.

Et pour la rémunération ?

En fait le salaire varie en fonction de l’expérience du designer interactif et de son domaine d’application. On estime que pour un designer interactif débutant, le salaire moyen est d’environ 2800 euros bruts par mois.

Voici tout de même quelques indications concernant la rémunération : Le salaire débutant peut aller de 30 000 à 55 000 euros bruts par an. Pour un confirmé le salaire s’étend de 35 000 à 100 000 euros bruts par an.

Enfin, un Designer interactif très expérimenté peut gagner de 45 000 à 100 000 euros bruts par an. Le Freelance (travailleur indépendant) peut espérer gagner de 400 à 1000 euros HT par jour et l’Auto-entrepreneur : de 300 à 700 euros HT par jour.