le mystère du nombre d'or

Avez-vous déjà entendu parler du nombre d’or, cette mystérieuse proportion qui accompagne les architectes et les artistes depuis plusieurs millénaires ?

De manière extraordinaire, on retrouve sa trace dans l’architecture des pyramides, celle des cathédrales gothiques, les œuvres des maîtres de la Renaissance et même dans la forme de certaines plantes. 

Bien que son sens et sa véracité mathématique ait été fortement remise en question depuis la fin du XIXème siècle, ce principe de composition conserve un fort intérêt pour tout apprenti(e) designer.

Découvrons ensemble ses origines, et surtout de quelle manière vous pouvez l’utiliser pour enrichir votre travail créatif. 

Pourquoi vous devez connaître le nombre d’or

Au cours des siècles, le nombre d’or a été découvert et parfois redécouvert par les plus grands esprits créatifs de l’humanité. Tous ces créateurs ont été frappés par la parfaite harmonie qui se dégage des images, des objets et des édifices architecturaux qui utilisent cette proportion comme principe fondateur.

En effet, le nombre d’or est particulièrement séduisant pour l’œil humain. Il dégage une stabilité et une harmonie qui nous attire irrésistiblement. Ce nombre possède une capacité exceptionnelle à unifier les différentes parties d’un tout de telle manière que chacune conserve son identité propre tout en se fondant dans le schéma élargi d’un tout unique.

Comment utiliser le nombre d’or pour dessiner ?

Comme vous le savez, la période de la Renaissance a joué un rôle essentiel dans la définition des canons de beauté de la culture occidentale. Aujourd’hui encore notre environnement est régi par ces canons pluri centenaires. 

Vers la fin du XVème siècle et au début du XVIème, Léonard de Vinci et Albrecht Dürer, entre autres, reprennent à leur compte les canons de Vitruve pour créer des systèmes de proportions à partir du corps humain.

Ces représentations du corps humain sont, comme le montre les schémas ci-dessous, inspirés par la divine proportion.

homme de vitruve

à gauche la représentation de de Léonard de Vinci, à droite celle d’Albrecht Dürer

Le visage, vu par ses grands esprits, comme le berceau de l’expression de nos émotions, suit lui aussi les proportions harmonieuses du nombre d’or. L’emplacement des traits du visage correspond aux proportions classiques, jugées harmonieuses depuis l’époque grecque.

réprésentation du visage humain par Léonard de Vinci et Albrecht Dürer

Les proportions liant les différents éléments du visages sont liées par la divine proportion

Dans votre pratique personnelle, vous gagnerez certainement à vous saisir de ces canons de représentation du corps humain. Il ne s’agit pas de suivre ces règles docilement. Mais à l’image du fil de plomb qui vous aide à trouver la courbe juste, ces modèles sont des points d’appui sur lesquels développer vos propres canons de représentation.

Comment utiliser le nombre d’or pour composer ?

L’art de la composition consiste à comprendre les principes géométriques organisationnels d’une image, d’un objet ou d’un espace.

En maîtrisant la composition, vous serez capable de donner à votre travail créatif un sentiment de cohérence, qui vous permettra de positionner chaque élément à sa “juste” place.

Pour vous exercer à cet art, nous vous invitons à poser votre regard sur les œuvres des Maîtres du passé en cherchant à faire remonter à la surface les systèmes géométriques employés par ces grands esprits. Ainsi, vous vous nourrirez de leur processus créatif pour améliorer vos propres travaux.

Commençons dès maintenant en regardant cette œuvre de Francisco de Goya, intitulée Ligereza y atrevimiento de Juanito Apiñani en la de Madrid (Légèreté et hardiesse de Juanito Apiñani);

Ligereza y atrevimiento de Juanito Apiñani en la de Madrid

Cette aquatinte représente les acrobaties d’un toréador au cours d’une corrida. Intéressons-nous d’un peu plus près à la composition. Que remarquez-vous sur la position de la perche verticale au sein du format de l’œuvre ? 

Révélation du nombre d’or :

Révélation du nombre d'or dans l'œuvre de Goya

Remarquez de quelle manière la superposition d’un schéma construit sur le nombre d’or révèlent des coïncidences intéressantes :

  1. La diagonale épouse le tracé du corps du toréador depuis l’épaule jusqu’à la cuisse, dans la prolongation, on retrouve les pattes du taureau.
  2. la tête du toréador apparaît à l’intérieur du plus petit rectangle d’or réciproque.
  3. le bord supérieur du carré d’un rectangle d’or réciproque coïncide avec le bord inférieur de la palissade entourant l’arène.

Nous avons donc sous les yeux un exemple frappant de la manière dont vous pouvez vous aider du nombre d’or pour mettre au point une composition harmonieuse et attirante pour notre œil. En utilisant ce principe de composition, vous jouez le rôle de guide. Vous proposez à l’œil du spectateur un chemin visuel qui l’aide à mieux lire et comprendre votre travail.

Comment appliquer le nombre d’or au design graphique ?

Le grand défi du design graphique consiste à créer des images originales et lisibles. Cette problématique de lisibilité trouve une solution dans le recours réfléchi aux règles de composition initiées par le nombre d’or.

Penchons-nous sur une affiche de Jules Chéret, le premier grand affichiste français, mettant en avant la qualité des spectacles proposés par le théâtre des Folies-Bergères. Cette œuvre engageante et dynamique saisit le mouvement des danseurs du café théâtre.

Les Girard affiche de Jules Chéret

Examinons la composition d’un peu plus près. Remarquez de quelle manière la structure visuelle est soigneusement pensée. 

Composition affiche Les Girard de Jules ChéretLes 3 personnages sont inclus dans un cercle, puis dans un pentagone, et enfin dans un pentagone étoilé. Toutes ces figures géométriques ont pour centre un point sur la cuisse de la danseuse, pivot autour duquel s’organise la composition. 

Prenons un second exemple, l’affiche l’Intransigeant de A. M. Cassandre, datée de 1925. 

Par sa conception et sa lisibilité, cette affiche est considérée comme un chef-d’œuvre de l’histoire du graphisme. Créée pour un journal quotidien parisien, elle représente le profil stylisé de Marianne, la voix de la France.

affiche l'Intransigeant Cassandre 1925

Intéressons-nous à l’usage que Cassandre fait du cercle, une forme particulièrement attirante pour notre œil. Les différents cercles utilisés pour représenter ce profil féminin possèdent des rapports proportionnels tout à fait notables. 

L'Intransigeant affiche de Cassandre

Ce type d’organisation est particulièrement intéressante à mobiliser quand vous travaillez sur un projet nécessitant une grande lisibilité, comme des icônes, un logo, un système signalétique. 

Comment appliquer le nombre d’or au design d’objet ?

Ce que nous avons observé dans un espace en deux dimensions se confirme dans un espace à trois dimensions. Ainsi pour la définition des proportions d’un objet, le nombre d’or constitue une aide précieuse.  

Etudions un premier exemple : la chaise Hill House de Rennie Mackintosh dessinée en 1902.

chaise Hill House de Charles Rennie Mackintosh

Cette chaise s’inscrit dans un programme plus large, dans lequel l’architecture eut pour mission de dessiner une vaste maison d’habitation, ainsi que tout le mobilier intérieur.

Cette chaise étonnante paraît démesurément haute, presque fragile. Cela s’explique par le fait que Mackintosh ne l’a pas conçu uniquement pour s’asseoir mais surtout pour servir de séparation entre deux parties d’une pièce.

schema-chaise-hill-house

Examinons ce meuble de plus près. Les proportions du dossier sont de 1/11. On peut décomposer la hauteur du dossier  en une série de carrés et le nombre 5. La hauteur de la chaise est égale à 5,5 carrés en partant d’un carré de côté égal à la largeur de la chaise, et chaque carré comprend 5,5 barreaux.

Une nouvelle fois, ce sont les rapports de proportions qui donnent son aspect si original à cette chaise remarquable.

Autre exemple célèbre, le fauteuil MR de Mies van der Rohe de 1927. Ce modèle profite de la mise au point par son créateur de la technique du tube d’acier cintré, qui allie légèreté visuelle et robustesse. Les courbes du cadre donnaient au modèle une élasticité qui en fit une version moderne de fauteuil à bascule. 

fauteuil MR Mies van der Rohe

La vue de face du fauteuil s’inscrit dans un rectangle d’or, dont le centre se trouve au niveau de l’assise. De profil, il s’inscrit dans un carré. Le centre du carré, le centre du cercle de l’accoudoir et le centre du cercle de l’armature principale sont alignés sur une même diagonale.

Comment appliquer le nombre d’or au design d’espace ?

A l’échelle architecturale, l’harmonie distillée par le nombre d’or s’exprime également. Le temple du Parthénon d’Athènes nous offre sans doute l’exemple le plus célèbre. Plus proche de nous, observons son utilisation en 1962 par l’architecte américain Robert Venturi pour la maison qu’il fit construire pour sa mère.

maison Vanna Venturi

Au premier coup d’œil, la maison paraît simple, presque symétrique. Pourtant le regard est fasciné par la partie supérieure décentrée de la cheminée, la répartition asymétrique des ouvertures et la présence d’un vide rectangulaire au centre de la structure. Les fortes diagonales du toit et les angles droits des fenêtres sont harmonieusement réunis par un simple arc de cercle coiffant le porche.

schéma maison Vanna Venturi

Saisissez-vous du nombre d’or pour améliorer votre travail

Le nombre d’or constitue un outil précieux. Sa compréhension et sa maîtrise vous permet de créer des images, des objets ou des espaces véritablement harmonieux.

Mais obtenir de tels résultats requiert d’en faire une utilisation personnelle. Les œuvres présentées dans cet article s’appuient toutes sur la divine proportion. Et pourtant, vous constatez leur diversité.

Saisissez-vous du nombre d’or comme d’un outil ! Utilisez ce levier puissant à bon escient pour transmettre votre intention créative à toute personne qui posera son regard sur votre travail.