Warning: Declaration of TCB_Menu_Walker::walk($elements, $max_depth) should be compatible with Walker::walk($elements, $max_depth, ...$args) in /homepages/1/d141150448/htdocs/ecolelafontaine/wp-content/plugins/thrive-leads/tcb/inc/classes/class-tcb-menu-walker.php on line 620

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/1/d141150448/htdocs/ecolelafontaine/wp-content/plugins/thrive-leads/tcb/inc/classes/class-tcb-menu-walker.php:620) in /homepages/1/d141150448/htdocs/ecolelafontaine/wp-includes/feed-rss2.php on line 8
Ecole d'arts et de design la Fontaine https://www.ecolelafontaine.fr Devenez Designer - Formations bac + 3 à Bac +5 - Cours à distance ou dans nos locaux Wed, 23 Oct 2019 10:49:12 +0200 fr-FR hourly 1 Graphiste / Designer H/F ( Annonce Stage 6 mois ) https://www.ecolelafontaine.fr/graphiste-designer-h-f-annonce-stage-6-mois/ https://www.ecolelafontaine.fr/graphiste-designer-h-f-annonce-stage-6-mois/#respond Wed, 23 Oct 2019 10:48:46 +0000 https://www.raphaelcarpentier.fr/dev_ecolelafontaine/?p=4621 En quelques mots : Créé en 2007 par deux associés passionnés, la société s’appuie sur l’expertise de ses 80 collaborateurs pour faire la différence sur le marché du conseil en immobilier sur la région parisienne (commercialisation et gestion de biens immobiliers). Pour créer les conditions d’une ambiance conviviale entre babyloniens, nous organisons une dizaine d’events […]

Cet article Graphiste / Designer H/F ( Annonce Stage 6 mois ) est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
En quelques mots :

Créé en 2007 par deux associés passionnés, la société s’appuie sur l’expertise de ses 80 collaborateurs pour faire la différence sur le marché du conseil en immobilier sur la région parisienne (commercialisation et gestion de biens immobiliers).
Pour créer les conditions d’une ambiance conviviale entre babyloniens, nous organisons une dizaine d’events au cours de l’année (séminaires, team building, visites culturelles, etc.). Nous offrons aussi à chacun un accompagnement personnalisé dans sa carrière.
La société est fière d’avoir obtenu en 2019 un label décerné par ses équipes ! Vous aussi, rejoignez une équipe performante et soudée !
L’esprit Start-up : il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le vivent !

Rejoindre la société, c’est :
– Intégrer un groupe indépendant français créé et incarné par deux associés passionnés
– Vivre l’aventure babylonienne : participer au développement d’une entreprise déjà renommée sur son marché et qui se donne les moyens de ses ambitions
– Avoir envie de s’engager et de donner du sens à son activité
– Partager les valeurs de confiance et d’esprit d’équipe qui sont l’ADN du groupe, vis-à-vis de nos équipes, clients et partenaires
– Bénéficier d’un accompagnement de carrière personnalisé

Mission proposée :
Vos missions principales :
– Participer à la construction et au déploiement de notre identité au travers de vos créations
– En cohérence avec notre stratégie de communication, trouver des solutions graphiques et concevoir des visuels pour transmettre efficacement nos messages : présentations print & web, affiches, dossiers de commercialisation, affiches, études, newsletters, vidéos, etc.
– Créer des cartographies à partir de diverses données, géographiques, démographiques, etc.
– Comprendre les projets de notre département Investissement et les animer en alliant : identité forte, compréhension claire et immédiate, qualité irréprochable
– Innover en proposant des solutions originales, percutantes et cohérentes avec notre identité

Profil recherché :
Vous pourrez réussir à ce poste si :
– Vous êtes créatif(ve)
– Vous êtes aussi perfectionniste & maîtrisez les outils utiles à votre art : Photoshop, InDesign, After Effects, Premiere Pro, PowerPoint, Acrobat Pro
– Vous êtes avez un relationnel aisé et savez créer du lien
– Vous êtes curieux(se)
– Vous êtes motivé(e) pour ce poste !

Les + de notre offre :

– Une volonté de vous laisser vous exprimer !
– Un cadre de travail agréable en plein cœur de Paris
– Une ambiance de travail dynamique et bienveillante : ce sont les babyloniens qui le disent !
– Un poste évolutif et un management qui vous accompagne dans le développement de vos compétences

Pour postuler : https://www.graphic-jobs.com/graphiste—designer-h-f-a-paris-8eme-75/QxqZSWstu1Q,

Cet article Graphiste / Designer H/F ( Annonce Stage 6 mois ) est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
https://www.ecolelafontaine.fr/graphiste-designer-h-f-annonce-stage-6-mois/feed/ 0
WebDesigner – Bras Droit du CTO H/F ( Stage 2 mois ) https://www.ecolelafontaine.fr/webdesigner-bras-droit-du-cto-h-f-stage-2-mois/ https://www.ecolelafontaine.fr/webdesigner-bras-droit-du-cto-h-f-stage-2-mois/#respond Wed, 23 Oct 2019 10:47:40 +0000 https://www.raphaelcarpentier.fr/dev_ecolelafontaine/?p=4619 La startup et coopérative d’applis de conso responsable créé une progressive web-app qui centralise les alternatives d’achats dans le but de trouver moins cher, plus sain ou plus écolo. Par exemple, on vous informera des qualités sociales d’un produit en superhé, on vous centralisera les applications de consommation d’invendus puis on vous livrera les produits […]

Cet article WebDesigner – Bras Droit du CTO H/F ( Stage 2 mois ) est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
La startup et coopérative d’applis de conso responsable créé une progressive web-app qui centralise les alternatives d’achats dans le but de trouver moins cher, plus sain ou plus écolo.
Par exemple, on vous informera des qualités sociales d’un produit en superhé, on vous centralisera les applications de consommation d’invendus puis on vous livrera les produits directement chez vous
On pense qu’être conscient de ce que l’on consomme, transforme notre consommation en un vote, la consom’action.
On fait ça pour tenter de lutter contre la crise écolo-écono-sanitaire et on embauche dès la fin du stage si ça match.

Mission proposée :
Suivre et assister le CTO pour sortir en 2 mois une liste partagé épuré et fonctionnelle.
– Épurer et rendre dynamique et graphique le prototype existant
– Réaliser le PMV avec le CTO
– Participer aux débats CEO/CTO en tant que membre à part entière
– Être force de proposition
Cette description prend en compte les principales responsabilités, elle est susceptible d’évoluer en fonction de l’activité.

Profil recherché :
Savoir-Être
– Autonomie, esprit créatif, force de proposition et curiosité
– Prêt(e) à prendre des responsabilités
– Enthousiaste,proactif(ve) et ouvert.
– Organisé(e) et débrouillard(e)
– Esprit créatif et sensible à l’innovation

Savoir Faire
– Avoir exercé son oeil au design d’interface
– Savoir coder en HTML et CSS
– Savoir coder en JS est un plus
– Savoir gérer la suite adobe est un plus

Pour postuler : https://www.graphic-jobs.com/webdesigner—bras-droit-du-cto-h-f-a-paris-6eme-75/-z7UVd69v6I,

Cet article WebDesigner – Bras Droit du CTO H/F ( Stage 2 mois ) est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
https://www.ecolelafontaine.fr/webdesigner-bras-droit-du-cto-h-f-stage-2-mois/feed/ 0
Graphiste designer assistant H/F https://www.ecolelafontaine.fr/graphiste-designer-assistant-h-f/ https://www.ecolelafontaine.fr/graphiste-designer-assistant-h-f/#respond Wed, 23 Oct 2019 10:46:19 +0000 https://www.raphaelcarpentier.fr/dev_ecolelafontaine/?p=4617 Nous sommes un atelier qui fabrique des objets en découpe et gravure laser. Nous travaillons sur les produits de A à Z (design, conception, fabrication, vente et expédition des produits). Une grande partie de notre activité consiste à réaliser des produits personnalisés, fabriqués sur mesure pour les clients. Mission proposée : Nous recherchons un(e) assistant(e) […]

Cet article Graphiste designer assistant H/F est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
Nous sommes un atelier qui fabrique des objets en découpe et gravure laser. Nous travaillons sur les produits de A à Z (design, conception, fabrication, vente et expédition des produits).

Une grande partie de notre activité consiste à réaliser des produits personnalisés, fabriqués sur mesure pour les clients.

Mission proposée :
Nous recherchons un(e) assistant(e) designer pour une aide ponctuelle, 1 à 2 jours par fixes chaque semaine et qui pourra varier selon les besoins (besoins plus importants pendant les fêtes).

Nous recherchons quelqu’un de manuel et précis pour nous assister dans les missions quotidiennes de l’atelier: design, fabrication des produits, packaging, emballage et expédition des produits, prises de vues…

Profil recherché :
Nous sommes à la recherche de quelqu’un de polyvalent, manuel, précis, étant à l’aise avec les logiciels de dessin vectoriel (utilisation de Corel Draw) et ayant une sensibilité pour l’art et le design.
Le candidat doit aimer dessiner.

Merci de nous faire parvenir un cv + extrait de portfolio : https://www.graphic-jobs.com/graphiste-designer-assistant-h-f-a-paris-19eme-75/Q5H2oZRVCkw,

Cet article Graphiste designer assistant H/F est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
https://www.ecolelafontaine.fr/graphiste-designer-assistant-h-f/feed/ 0
Les contextes professionnels du métier de designer https://www.ecolelafontaine.fr/les-contextes-professionnels-du-metier-de-designer/ https://www.ecolelafontaine.fr/les-contextes-professionnels-du-metier-de-designer/#respond Sat, 15 Jun 2019 14:42:50 +0000 https://www.ecolelafontaine.fr/?p=3489 Les contextes professionnels du métier de designerLE PROFIL DES STRUCTURESLes structures du design sont jeunes, avec près de la moitié des structures ayant moins de dix ans et le quart seulement plus de vingt ans. Elles sont également polyvalentes et éparpillées en de nombreuses petites antennes. Cette tendance correspond à une évolution de l’exercice du métier en partie liée à la crise, vers des regroupements plus ou moins formels, de dimension variable, et le recours à des designers indépendants pour des besoins spécifiques. On constate plutôt une augmentation du nombre de petites structures.Le statut des Designers : Plus de 80 % des structures de plus de dix personnes ont le statut de SARL. Plus de 70 % des structures d’une seule personne ont le statut de travailleur indépendant, auto-entrepreneur ou EURL, 20 % seulement affichent le statut Maison des artistes.La majorité des agences (55 %) ont deux ou trois dirigeants/directeurs artistiques. Cette tendance à la codirection s’est accentuée au cours des dernières années. 6 % des agences n’ont pas de créatifs, ce qui correspond au développement actuel de très petites structures qui jouent le rôle d’assembleur d’équipes de design au cas par cas, en faisant appel à de la sous-traitance (61 % ponctuellement, 24 % régulièrement).

Cet article Les contextes professionnels du métier de designer est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>

Les contextes professionnels du métier de designer

LE PROFIL DES STRUCTURES

Les structures du design sont jeunes, avec près de la moitié des structures ayant moins de dix ans et le quart seulement plus de vingt ans. Elles sont également polyvalentes et éparpillées en de nombreuses petites antennes. Cette tendance correspond à une évolution de l’exercice du métier en partie liée à la crise, vers des regroupements plus ou moins formels, de dimension variable, et le recours à des designers indépendants pour des besoins spécifiques. On constate plutôt une augmentation du nombre de petites structures.

Le statut des DesignersPlus de 80 % des structures de plus de dix personnes ont le statut de SARL. Plus de 70 % des structures d’une seule personne ont le statut de travailleur indépendant, auto-entrepreneur ou EURL, 20 % seulement affichent le statut Maison des artistes.

La majorité des agences (55 %) ont deux ou trois dirigeants/directeurs artistiques. Cette tendance à la codirection s’est accentuée au cours des dernières années. 6 % des agences n’ont pas de créatifs, ce qui correspond au développement actuel de très petites structures qui jouent le rôle d’assembleur d’équipes de design au cas par cas, en faisant appel à de la sous-traitance (61 % ponctuellement, 24 % régulièrement).

 

LE DESIGN INTERNE ET EXTERNE

Le design d’agence est le mode d’intervention le plus fréquent (52 % des réalisations). 19 % des réalisations mobilisent exclusivement le savoir-faire de designers salariés de l’entreprise et 29 % des réalisations combinent des ressources de design interne et externe pour réaliser certaines prestations.

L’intégration du design dans les entreprises n’est pas forcément chose aisée et doit relever un double défi :

  • l’intégration : trouver un équilibre entre les attentes des utilisateurs finaux (confort, facilité d’usage, fonctionnalité/ergonomie, accessibilité dont le prix de vente, esthétique), les autres acteurs du cycle de vie des produits (fabricants, transporteurs, distributeurs, etc.), du management de l’entreprise (facilité d’industrialisation, optimisation des coûts de revient), d’identification et de signature des marques, de différenciation de la concurrence. Le designer doit faire sa place au sein d’équipes pluridisciplinaires (ingénieurs et techniciens de bureaux d’études, gestionnaires de projets, gens de marketing, commerciaux).
  • l’indépendance : l’indépendance de vue est, aux côtés du besoin de créativité, un argument qui favorise le maintien d’une part importante du design en externe. La plupart des entreprises font appel à plusieurs designers externes, et si certaines tendent à développer une fidélité et des relations durables, d’autres sont davantage à la recherche d’un courant de changements réguliers. Le recours pour certains projets à des cabinets hautement spécialisés permet d’intégrer une excellente connaissance des clients directs, de leurs attentes et de leurs sensibilités particulières. Autre avantage majeur, les recours au design externe offrent l’intéressante possibilité de réduire les coûts.

 

Face à cette double problématique, le recours au design interne n’apparaît pas concurrent du design externe. Les agences se donnent de la flexibilité en sous-traitant à des agences plus petites ou à des indépendants plutôt que de recruter. Les entreprises font appel à des ressources externes pour réaliser des études ou des prestations de design (27 % en utilisent régulièrement), pour de la recherche avancée ou du design prospectif (6 % en utilisent régulièrement), ou pour du conseil en gestion du design (6 % en utilisent régulièrement). L’association des designs interne et externe est vécue par les entreprises qui la pratiquent comme un mix économique très pertinent, les deux types d’intervention se complétant et se renforçant l’un l’autre.

Ainsi, certaines entreprises font le choix de développer un service dédié au design au sein de leur structure. Interface entre l’entreprise et les consultants externes, parmi lesquels des designers, le designer intégré fluidifie les échanges et assure une bonne compréhension entre les intervenants. Il apporte en général un haut niveau de connaissance des contraintes internes liées à la production, aux normes, aux spécificités des marchés, et fait gagner du temps à tous les acteurs du processus.

Tout est une affaire d’équipe et toute la difficulté est de réussir la combinaison entre ses différents membres et compétences. Les services centralisés de design sont composés à 72 % de designers et de design managers. Les compétences qui viennent renforcer l’expertise des designers sont celles des dessinateurs, prototypistes, maquettistes, infographes (17 %). Les ingénieurs, techniciens rattachés aux services design (8 %) apportent des compétences dans les domaines de la qualité et des matériaux par exemple. Généralement, le service centralisé supervise et/ou coordonne l’activité des autres équipes de designers. Les designers intégrés sont parfois répartis dans d’autres équipes fonctionnelles. L’affectation hiérarchique la plus fréquente de ces personnels est la direction générale, la R&D, le bureau d’études et le marketing.

Quels que soient les modes d’intervention du design, il convient de souligner la généralisation du travail en réseau pour répondre à des missions de plus en plus généralistes : les designers sont amenés à faire intervenir d’autres experts dans des disciplines complémentaires (marketing, sémiologie, analyse de la valeur, etc.).

Pour que le projet conserve son originalité, son caractère, et qu’il atteigne ses objectifs, il est fortement conseillé qu’une personne dans l’équipe soit le « porteur de vision » afin d’assurer sa communication au reste de l’équipe ainsi que la cohérence du produit conçu.

L’implication du service design dans les projets est variée. Un service de design sur deux gère l’ensemble des projets dans un ou plusieurs domaines du design. L’intégration du design se réalise en amont et en aval des projets. Les designers responsables de projets assurent la coordination des compétences design avec les autres fonctions et métiers de l’entreprise.

Les designers ont une forte implication dans le domaine du produit. Ils assurent aussi la responsabilité globale de projet pour les spécialités du design sensoriel. En revanche, ils ont fréquemment une intervention ponctuelle sur les projets concernant l’identité d’entreprise et les marques. C’est le seul domaine où ils sont relégués à un rôle d’accompagnement dans un peu plus d’une entreprise sur deux.

Le taux de sous-traitance est assez constant, autour de 40 % pour tous les domaines d’activité design à l’exception de deux d’entre eux, plus externalisés : la conception de service et le stylisme. Le budget externalisé est en moyenne de 52 %. Il concerne en priorité l’aménagement d’espace, la conception de service, le stylisme et la mode, ainsi que la communication et la marque.

En s’interrogeant sur l’usage, le travail des designers met en évidence des solutions ou fonctionnalités nouvelles que les ingénieurs vont ensuite chercher à concrétiser. Et plus le designer intervient en amont du projet, plus il impacte l’architecture d’un nouveau produit. Indirectement, les ingénieurs sont aussi poussés par les designers à explorer de nouvelles voies technologiques pour répondre aux choix des designers.

 

LE PROCESSUS DE DECISION EN MATIERE D’INTERVENTION DESIGN

Le designer est souvent impliqué dans la décision de l’opportunité de passer une commande à une agence. Dans 62 % des entreprises ayant un service Design ou des designers salariés, les designers négocient les prestations aux agences. Généralement, ils négocient avec leur direction les objectifs de la mission et les budgets, puis ils définissent le cahier des charges et ils organisent l’appel d’offres.

Les décisions concernant le choix de faire intervenir tel ou tel domaine du Design sont généralement prises en associant plusieurs services :
le design produit : la direction générale (69 %) prend les décisions concernant les projets impliquant les designers. Lorsqu’elle décide, deux fois sur trois, elle associe à cette décision une autre fonction. La direction marketing (40 %) décide seule ou est associée aux décisions. Le design (30 %) décide seul ou est associé aux décisions.

le design d’identité et de marque : la direction générale pour 72 % des cas, plus de trois directions générales sur quatre associent au moins une autre fonction à la prise de décision. La direction marketing pour 50 %.
le packaging : la direction marketing décide dans 65 % des cas et la direction générale pour 43 %. Le design est associé aux décisions dans environ une entreprise sur quatre.

Ces résultats montrent que les décisions concernant l’introduction des diverses spécialités du design sont prises prioritairement par les dirigeants à l’exception du packaging. Pour ce domaine, le marketing a un pouvoir décisionnaire important.

 

LE RATTACHEMENT DES SERVICES DU DESIGN

Le design est majoritairement rattaché à la direction générale, au marketing ou à la R&D.

Le rattachement à la direction générale (60 %) assure au design une forte visibilité, procure une certaine autonomie par rapport aux fonctions marketing et technique et facilite l’intégration du design très en amont de la conception des produits.

Le rattachement à la fonction marketing (20 %) s’observe surtout dans les entreprises appartenant au secteur des biens de consommation ou des services. Le rôle du design est alors fortement lié à la politique des marques ainsi qu’à la dimension attractive du produit ou des espaces.

Le rattachement à la R&D ou au bureau d’études (20 %) se rencontre fréquemment dans les entreprises à technologie évolutive ou dans les entreprises dont les produits sont par nature très complexes.

 

LE DESIGN MANAGEMENT

Le design management permet d’appréhender le produit ou le service dans sa globalité. Il est la fonction de l’organisation qui a la responsabilité du cadrage stratégique, du pilotage tactique et opérationnel du design et de la définition d’un avantage compétitif pour cette organisation grâce aux savoirs du design. Directement lié au projet de l’entreprise, il comprend :

  • au niveau stratégique : management de la stratégie design (design leadership), du design avancé et prospective. Mise en harmonie entre stratégie de l’entreprise, stratégie design et gestion de la réputation. Représentation du design au niveau du comité exécutif de l’organisation. Développement d’une organisation créative. Construction du design comme compétence clé dans les ressources intangibles de l’organisation. Lien entre savoirs du design et savoirs de l’entreprise (son capital humain, capital organisationnel, capital informationnel).
  • au niveau tactique : management du département design ou d’une agence design et management de la coordination du processus design avec les autres fonctions (marque, recherche et développement, innovation, achats, gestion des ressources humaines). Tableau de bord du design manager, mesure de la valeur design dans l’organisation.
  • au niveau opérationnel : management de projet design, du processus design, de la recherche design, management d’équipe créative.

 

En France, on utilise parfois « direction de la création » pour nommer la fonction de direction du design.

Trois dimensions (technologique, économique et commerciale) doivent être abordées simultanément dans une démarche de design global et non plus successivement, ce qui diminue les temps de réaction et correspond au besoin de raccourcissement des cycles de conception/fabrication/renouvellement des produits.

 

L’EVOLUTION DES RAPPORTS ENTRE ENTREPRISES ET AGENCES

Les agences donnent l’impression d’être partagées sur la qualité des relations entre entreprises et structures de design. Certaines estiment que ces relations ont tendance à s’améliorer, à se professionnaliser, chacun percevant mieux ce qu’il peut attendre de l’autre et ciblant mieux sa demande. D’autres agences estiment que les relations sont toujours aussi erratiques, aléatoires, guidées par l’urgence et la recherche du moindre coût. Les entreprises comprennent mal le rôle d’une agence et la pression sur les prix est particulièrement dénoncée.

Les demandes adressées aux agences se modifient progressivement, les demandes portant davantage sur le conseil, la stratégie, la prospective et non plus seulement sur la création. Ceci renforce la dimension stratégique des agences de design. La demande porte à la fois sur de la réflexion en amont, allant jusqu’à une vision prospective, et sur un suivi en aval, à la recherche de créations clés en main et d’un accompagnement industriel. Les interventions se positionnent plus souvent dans une attitude globale et modulable d’intégration dans les processus d’innovation. Les entreprises sont également plus en attente d’appui vers l’international.

Lorsque les entreprises se tournent vers les agences, ces dernières traitent principalement le packaging, l’identité de marque et l’architecture commerciale des entreprises, et on observe une véritable explosion du Web design et du design de service. Le design produit est beaucoup plus rarement confié aux agences.

 

LES DOMAINES DU DESIGN PRIVILEGIES PAR LES ENTREPRISES

Le recours au design peut concerner la création d’un nouveau produit mais aussi, très souvent, l’amélioration d’un produit existant. La demande de design peut porter aussi bien sur l’esthétique que sur une méthodologie de conception : définir un meilleur produit ou mieux le concevoir.

Selon l’enquête menée par l’APCI et le ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie en 2006, toutes les entreprises enquêtées ont une activité de design produit, même si cette activité tend à s’éroder. Généralement, les entreprises associent à cette spécialité d’autres spécialités du design.

Un autre domaine du design fortement pratiqué est celui de l’identité et de l’image de marques (84 %). Le design contribue à créer une identité visuelle durable, aisément repérable, fédératrice et révélatrice du territoire des valeurs de la firme. Le packaging arrive en troisième position (60 %). Il concerne l’emballage et le conditionnement essentiels à la vente du produit. L’architecture commerciale valorise la marque et les produits dans les espaces commerciaux (43 %). Le design textile concerne la matière (fil, maille, tissage), la surface (supports impression) et la mise en forme des vêtements et accessoires. Le design sensoriel traite des qualités visuelles, tactiles, odorantes telles qu’elles sont perçues par le consommateur. Le développement de produits écran, le design sensoriel sont des disciplines émergentes, tout comme le conseil en design ou le design de service. L’aménagement des bureaux qui organise les espaces de travail en conformité avec les valeurs et l’image de l’entreprise est le domaine le moins pratiqué.

Le design est une profession dont la palette d’expertises s’élargit afin de traiter tous les supports et éléments de communication d’un produit ou d’une marque.

Le design d’identité et de marque est extrêmement pratiqué par les entreprises qui n’ont pas embauché de designers et passent des commandes aux agences. C’est la seule spécialité du design que les entreprises n’ayant pas recruté de designers utilisent plus fréquemment que celles qui en ont embauchés.

Seules 18 % des structures se consacrent à une seule activité de design. À l’inverse, 65 % des structures exercent trois activités différentes (40 %) ou plus (25 %). L’association de quatre dimensions du design la plus fréquente combine le design produit avec le design d’identité et de marque, le packaging et l’architecture commerciale.

Les entreprises ayant recruté des designers expérimentent un plus grand nombre de spécialités que celles qui se limitent à commander des prestations aux agences. Les entreprises qui ont recruté des designers ont une approche plus globale du design que celles qui passent des commandes aux agences.

Il n’y a pas de différences très significatives entre les indépendants et les agences. Une légère surreprésentation de l’activité graphisme chez les indépendants (17 % contre 10 % dans les agences) et de l’activité polyvalente dans les agences (18 % contre 10 % chez les indépendants).

 

LES ACTIVITES DU DESIGN

Le design part d’une idée de produit ou de l’observation des produits concurrents et des usages par les utilisateurs. Il est motivé par la recherche d’un meilleur produit ou par la recherche d’un créneau inoccupé. L’idée peut être liée à la mise en œuvre d’un procédé technique ou d’une nouvelle manière de concevoir une nouvelle offre de produit auprès de la clientèle.

Le design peut aussi être lié à une réflexion sur une gamme de produits en recherche de cohérence, l’affirmation d’une marque et la création d’une identité, la rationalisation d’une fabrication par baisse du coût de revient liée à la reconception ou grâce à la standardisation des composants du produit.

L’étude L’économie du design réalisée en 2010 mentionne différentes natures d’intervention.

• La conception reste l’activité dominante avec 85 % :

81 % de création de nouvelles réalisations

56 % de l’amélioration de réalisations existantes

49 % de renouvellement de gammes

31 % de diversification

• Le suivi technique reste également important avec 57 % :

43 % de suivi de fabrication

36 % de participation au cahier des charges

30 % de réalisation des prototypes

 

• Il faut souligner le développement de l’activité conseil et recherche qui double sa part dans les interventions avec 57 % :

40 % de recherche de concepts

28 % de recherches prospectives

26 % de conseil en stratégie et design management

23% deR&D

23 % d’audit design

Les entreprises veulent davantage de conseil et de suivi, ce qui devra inciter les structures de design à réfléchir à l’évolution de leur offre. Les demandes d’intervention tendent à être plus globales et ambitieuses, en se situant de plus en plus en amont des processus d’innovation, mais aussi plus en aval et plus opérationnelles, avec de plus en plus de suivi technique, de lien avec la commercialisation, la recherche de solutions industrielles fiables, la recherche de solutions peu coûteuses et la densification des livrables. Cette approche est sans doute due à une meilleure perception des nouveaux enjeux (évolution de la consommation, développement durable, commerce équitable, etc.).

 

LES MODES DE FACTURATION

La facturation en honoraires est pratiquée par la quasi-totalité des agences. Par ailleurs, 28 % déclarent percevoir des royalties et 15 % des droits, et plus de la moitié des structures facturent des frais techniques. La facturation à la journée est pratiquée par les trois quarts des structures. En l’absence de normalisation du montant des prestations, parfois demandé par les designers, surtout par les jeunes en début de carrière, on constate une très grande diversité dans les montants facturés.

Le niveau des prestations de design est souvent très faible, tant en ce qui concerne les prix de journée que le montant des interventions. La dispersion de ces chiffres d’affaires est le reflet de la diversité des modes d’exercice du métier ; mais on remarque surtout que ces chiffres d’affaires sont en moyenne peu élevés, surtout pour les designers indépendants, ce qui traduit la fragilité de la situation financière de certaines structures qui acceptent des rémunérations qui cassent le marché. Le tiers des structures facturent la journée moins de 500 €, près de la moitié la facturent entre 500 et 1 000 €.

Le montant total des interventions est également très dispersé avec des montants moyens peu élevés et d’importantes différences entre les activités.

Les designers seniors et les designers juniors sont également en majorité issus d’écoles de design ou d’écoles d’art. Leurs rémunérations sont peu homogènes et globalement peu élevées. En 2009, 31 % des brut annuel inférieur à 25 000 €.
Source : Référentiel des métiers du design – DGCIS/INTERFACE

Cet article Les contextes professionnels du métier de designer est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
https://www.ecolelafontaine.fr/les-contextes-professionnels-du-metier-de-designer/feed/ 0
Les caractéristiques du secteur du Design en France https://www.ecolelafontaine.fr/les-caracteristiques-du-secteur-du-design-en-france/ https://www.ecolelafontaine.fr/les-caracteristiques-du-secteur-du-design-en-france/#respond Wed, 12 Jun 2019 14:25:00 +0000 https://www.ecolelafontaine.fr/?p=3485 Les caractéristiques du secteur du Design en FranceLES ENTREPRISES FRANÇAISES ET L’INNOVATIONLe pourcentage d’entreprises recourant au design demeure encore faible à ce jour, ce qui est à remettre en perspective avec les 20 % d’entreprises qui déclarent ne pas innover. Pour autant, 49 % des sociétés marchandes de 10 salariés ou plus implantées en France ont innové au cours des années 2008 à 2010.Cette innovation a pu concerner la création ou l’amélioration de produits (biens ou prestations de services), porter sur les procédés de production, les modes d’organisation ou encore les stratégies de vente. Les innovations technologiques, dédiées aux produits ou aux procédés de production, constituent le cœur de l’innovation avec 28 % de sociétés ayant innové dans ce domaine entre 2008 et 2010. Les innovations les plus fréquentes sont toutefois celles relatives aux modes d’organisation, avec 35 % des sociétés concernées. Enfin, les innovations en marketing concernent 24 % des sociétés. Le taux d’innovation non technologique augmente dans tous les secteurs.L’innovation dans les services peut prendre différentes formes :l’innovation dans l’offre de service proprement dite ;l’innovation dans la manière de délivrer le service au client ;l’innovation dans l’organisation de l’entreprise pour produire le service (regroupement de prestataires en plateformes, télétravail, etc.) ;l’innovation de modèle économique (vélib, presse gratuite en ligne, etc.).

Cet article Les caractéristiques du secteur du Design en France est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>

Les caractéristiques du secteur du Design en France

LES ENTREPRISES FRANÇAISES ET L’INNOVATION

Le pourcentage d’entreprises recourant au design demeure encore faible à ce jour, ce qui est à remettre en perspective avec les 20 % d’entreprises qui déclarent ne pas innover. Pour autant, 49 % des sociétés marchandes de 10 salariés ou plus implantées en France ont innové au cours des années 2008 à 2010.

Cette innovation a pu concerner la création ou l’amélioration de produits (biens ou prestations de services), porter sur les procédés de production, les modes d’organisation ou encore les stratégies de vente. Les innovations technologiques, dédiées aux produits ou aux procédés de production, constituent le cœur de l’innovation avec 28 % de sociétés ayant innové dans ce domaine entre 2008 et 2010. Les innovations les plus fréquentes sont toutefois celles relatives aux modes d’organisation, avec 35 % des sociétés concernées. Enfin, les innovations en marketing concernent 24 % des sociétés. Le taux d’innovation non technologique augmente dans tous les secteurs.

L’innovation dans les services peut prendre différentes formes :

  • l’innovation dans l’offre de service proprement dite ;
  • l’innovation dans la manière de délivrer le service au client ;
  • l’innovation dans l’organisation de l’entreprise pour produire le service (regroupement de prestataires en plateformes, télétravail, etc.) ;
  • l’innovation de modèle économique (vélib, presse gratuite en ligne, etc.).

 

Globalement, le secteur de l’information et de la communication est le plus innovant : 71 % des sociétés de ce secteur ont innové entre 2008 et 2010. Une majorité de sociétés innove également dans l’industrie (56 %), les activités spécialisées, scientifiques et techniques (53 %), mais aussi les activités financières et d’assurance (50 %).

Le recours à l’innovation augmente avec la taille des sociétés (80 % parmi les sociétés de 250 salariés ou plus, contre 45 % parmi celles de 10 à 49 salariés).

Les sociétés investissant dans l’innovation, quel qu’en soit le type, ont essentiellement pour objectif d’augmenter leurs parts de marché ou d’améliorer leurs produits. La qualité est également un objectif fort des sociétés innovant en matière d’organisation : 54 % souhaitent améliorer la qualité de leurs produits et 47 % désirent réduire leurs délais de réponse aux clients.

L’innovation dans les services peut prendre différentes formes :

  • l’innovation dans l’offre de service proprement dite ;
  • l’innovation dans la manière de délivrer le service au client ;
  • l’innovation dans l’organisation de l’entreprise pour produire le service (regroupement de prestataires en plateformes, télétravail, etc.) ;
  • l’innovation de modèle économique (vélib, presse gratuite en ligne, etc.).

 

L’ECONOMIE DU DESIGN

Depuis 2008, le ministère de l’Industrie a consacré plus de 12 millions d’euros à la politique de soutien au design.

Le chiffre d’affaires total du secteur du design est estimé en 2010 entre 1,9 et 3,4 milliards d’euros, et le nombre de designers exerçant leur activité à titre principal se situe entre 30 et 33 000, l’effectif total concerné par l’activité design étant estimé entre 46 et 56 000 personnes, dont 50 % intégrés dans des entreprises et 50 % indépendants.

Le design tend à s’implanter peu à peu dans les entreprises, avec une progression positive de l’effectif moyen de designers intégrés de 2008 à 2009 (+3 % environ).

La profession présente un profil très hétérogène avec une grande variété d’activités, plusieurs statuts et un grand nombre de petites structures. 17 % des agences réalisent 85 % du chiffre d’affaires et emploient 79 % de l’effectif et 70 % des structures ne réalisent que 7 % du chiffre d’affaires total. Le marché est atomisé, avec une part du revenu qui est capté par quelques (très) grosses agences et sur lequel il y a peu de barrières à l’entrée mais par contre de véritables barrières à la croissance.

79 % des structures ont des PME comme clientes et 46 % ont pour clientes des grandes entreprises. Le client administration publique poursuit sa progression et concerne 37 % des structures.

Le design est présent dans tous les secteurs d’activité et connaît notamment un fort développement dans les secteurs hôtelier et de la restauration. On peut identifier six secteurs dont les usages du design sont relativement comparables : agriculture/extraction (1 %), industrie lourde (15 %), industrie légère, dont automobile (11 %), commerce (30 %), services (16 %), construction (7 %). Le marché reste dominé par la grande consommation qui concentre près de la moitié des prestations d’agences. Dans cette catégorie, c’est l’agroalimentaire qui y fait le plus appel, notamment en raison de grands besoins en packaging. Le secteur des services y a de plus en plus recours.

 

LE DYNAMISME A L’EXPORTATION

Les activités développées à l’international deviennent choses courantes puisque plus de 70 % des structures facturent à l’international, mais pour 40 % d’entre elles, cette facturation représente toujours moins de 5 % de leur chiffre d’affaires. En 2009, le taux d’exportation atteignait déjà 18,9 % pour les entreprises de 100-249 salariés et concernait en premier lieu le produit et l’emballage.

Les pays clients se trouvent majoritairement dans l’Union européenne (39 %) et en Asie (16 %), ce qui implique un usage de l’anglais dans 91% des structures.

LA LOCALISATION DE LA PROFESSION

La profession est concentrée à 70 % sur les régions Île-de-France et Rhône-Alpes, avec un rééquilibrage au profit de Rhône-Alpes. L’Île-de-France compte à elle seule 55 % des structures et 73 % de l’effectif.

Taille de la structure : 2 personnes  
Île de France : 30%
Rhône-Alpes : 38%
Autres régions : 33%
Total : 100 % 
Taille de la structure : 3 personnes  
Île de France : 50%
Rhône-Alpes : 25%
Autres régions : 25%
Total : 100 % 
Taille de la structure : 4 ou 5 personnes  
Île de France : 38%
Rhône-Alpes : 28%
Autres régions : 33%
Total : 100 % 
Taille de la structure : 6 à 10 personnes  
Île de France : 68%
Rhône-Alpes : 20%
Autres régions : 12%
Total : 100 % 
Taille de la structure : plus de 10 personnes  
Île de France : 83%
Rhône-Alpes : 3%
Autres régions : 13%
Total : 100 % 

* Données issues de L’économie du design (2010)

 

Source : Référentiel des métiers du design – DGCIS/INTERFACE

Cet article Les caractéristiques du secteur du Design en France est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
https://www.ecolelafontaine.fr/les-caracteristiques-du-secteur-du-design-en-france/feed/ 0
Les métiers du Design Matériaux/Textiles – Fiche détaillée https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-materiaux-textiles-fiche-detaillee/ https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-materiaux-textiles-fiche-detaillee/#respond Sun, 09 Jun 2019 13:33:13 +0000 https://www.ecolelafontaine.fr/?p=3483 DESIGNER TEXTILE Designer matériaux, designer couleurs et matièresUn métier à valeur ajoutée...Traduire un projet en une expression plastique grâce à la mobilisation d’expériences sensibles (toucher, éprouver) afin de se différencier par rapport à la concurrence (vente de produit, amélioration de l’image, renouvellement de gamme, etc.). Choisir des matériaux et des procédés de fabrication capables de donner du sens et de la qualité à un support ou à une matièreInterlocuteurs internes privilégiésDirection générale/comité de Direction, ingénieurs, service marketing, service communication, service commercial, chef de produit/marque, chef de marchéInterlocuteurs externes privilégiésBureaux de tendances, centres de recherche/universités, spécialistes en sociologie, écologuesActivités principalesDécryptage des données d’un cahier des charges technique ; Suivi du brief avec le client (interne/externe) et appréciation des différentes contraintes (prix, techniques, etc.) ; Définition et intégration des enjeux stratégiques des projets du client (dimension politique, sociale, culturelle, économique) pour déterminer l'aspect général et le format des produits afin de répondre à ses besoins ;

Cet article Les métiers du Design Matériaux/Textiles – Fiche détaillée est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>

DESIGNER TEXTILE

Designer matériaux, designer couleurs et matières

Un métier à valeur ajoutée…

Traduire un projet en une expression plastique grâce à la mobilisation d’expériences sensibles (toucher, éprouver) afin de se différencier par rapport à la concurrence (vente de produit, amélioration de l’image, renouvellement de gamme, etc.). Choisir des matériaux et des procédés de fabrication capables de donner du sens et de la qualité à un support ou à une matière

Interlocuteurs internes privilégiés

Direction générale/comité de Direction, ingénieurs, service marketing, service communication, service commercial, chef de produit/marque, chef de marché

Interlocuteurs externes privilégiés

Bureaux de tendances, centres de recherche/universités, spécialistes en sociologie, écologues

Activités principales

  • Décryptage des données d’un cahier des charges technique ;
  • Suivi du brief avec le client (interne/externe) et appréciation des différentes contraintes (prix, techniques, etc.) ;
  • Définition et intégration des enjeux stratégiques des projets du client (dimension politique, sociale, culturelle, économique) pour déterminer l’aspect général et le format des produits afin de répondre à ses besoins ;
  • Prise en compte des contraintes économiques et de faisabilité ;
  • Appréhension des matériaux et de leur mise en œuvre, de leurs propriétés, de leurs contraintes et de leurs procédés de fabrication ;
  • Réalisation d’hypothèses de produits innovants et personnalisés (nuanciers, maquettes, gammes d’échantillons/maille et gammes d’échantillons/impression, tissage, manipulations, aspects de surfaces) puis choix de la piste à investiguer ;
  • Investigation dans des bases de données et des centres de ressources (matériauthèque, tissuthèque, filothèque, etc.) ;
  • Choix des matériaux en fonction d’un cahier des charges déterminé ;
  • Réalisation d’un dessin précis de l’objet (couleurs, textures, touchers, formes, etc.) ;
  • Analyse des paramètres liés à la conception et à la réalisation du projet (contraintes créatives, marketing et techniques, coûts, délais) ;
  • Modélisation 3D des plans techniques ;
  • Réalisation d’essais sur la matière et adaptation de la forme aux techniques, tout en conservant la fonctionnalité et l’esthétisme ;
  • Réalisation d’une maquette et passation de tests ;
  •  Apport de précisions (dessin, fiche technique) quant aux processus et procédés de fabrication utilisés afin d’aboutir à l’effet, à l’aspect ou à la qualité recherchée ;
  • Choix des outils et des modes de communication adaptés au projet pour une présentation engagée et convaincant ;
  • Validation et lancement des prototypes jusqu’à leur mise en fabrication et appréciation de la cohérence globale ;
  • Programmation et scénarisation d’un projet ;
  • Argumentation par écrit ou à l’oral des différentes étapes de la recherche et de la production ;
  • Expérimentation et incarnation des projections (tests, maquettage 2D/3D, prototypage) ;
  • Observation critique du résultat et ajustement de la démarche, au besoin ;
  • Exploitation des technologies de l’information, de communication et de collaboration pour assurer le bon déroulement du projet ;
  • Coordination de tous les aspects de la production des produits et interface avec les différents intervenants (ingénieurs, commerciaux, fournisseurs, sous-traitants, etc.).

Activités secondaires

  • Transférer, adapter des technologies.

Compétences requises (techniques, relationnelles)

  • Bonne culture des arts appliqués ;
  • Bonne culture technique, législative et juridique (normes, règles, sécurité) ;
  • Bonne connaissance des marchés (concurrence, réseau, fournisseurs, etc.) ;
  • Bonne culture des techniques (archivage, réserves, conservation, usure, restauration) ;
  • Maîtrise d’un vocabulaire technique sensible et précis.

Compétences relationnelles requises

  • Capacité à se positionner et à défendre ses idées/projets ;
  • Esprit d’analyse et de synthèse ;
  • Capacité d’adaptation ;
  • Prise de recul quant à ses propositions ;
  • Aisance relationnelle ;
  • Capacités créatrices et artistiques supérieures ;
  • Curiosité (écoute des signaux émergents) ;
  • Pragmatisme ;
  • Persévérance.

Compétences techniques requises

  • Maîtrise des techniques du dessin ;
  • Maîtrise des techniques d’impression, ennoblissement, image (photo, vidéo, infographie), maille, tissage, broderie, volume, et de leurs contraintes ;
  • Maîtrise des matériaux et de leurs propriétés (texture, dureté, etc…) ;
  • Maîtrise des couleurs et matières ;
  • Maîtrise des principaux procédés de filature et de filage ;
  • Maîtrise des modes de fabrication et de finition (traitements) et de leurs contraintes ;
  • Maîtrise de la lecture et de l’exploitation d’un plan technique ;
  • Maîtrise de l’écoconception (gain de matière, cycle de vie complet d’un produit, etc.)
  • Maîtrise des mises au raccord des dessins (raccord droit, sauté, etc.)
  • Maîtrise des outils informatiques et des logiciels professionnels spécialisés (Photoshop, Illustrator, etc.)
  • Connaissance des logiciels de tissage (Pointcarré, Mautom, Nedgraphics) ;
  • Connaissance des métiers connexes (architecture d’intérieur, etc.) et de leur vocabulaire ;
  • Maîtrise du cycle de production ;
  • Capacité à trouver des solutions ;
  • Maîtrise des relations transversales (clients, fournisseurs, prestataires) ;
  • Capacité à travailler en équipe pluridisciplinaire ;
  • Sens de la planification ;
  • Maîtrise de l’anglais (oral et écrit).

 

Tendances d’évolution

Développement de la dimension internationale, notamment liée au sourcing, nécessitant la maîtrise d’une langue étrangère (anglais, mandarin, etc.).

Niveau de qualification indicatif

Bac+5. Écoles de design

Passerelles professionnelles

Métiers de provenance : assistant designer couleurs et matières (matériaux/textile)
Métiers d’évolution : designer produit, directeur du design en agence, design manager, chef de projet design

Rémunération courante

25 k€ – 50 k€ (brut annuel)

 

Source : Référentiel des métiers du design – DGCIS/INTERFACE

Cet article Les métiers du Design Matériaux/Textiles – Fiche détaillée est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-materiaux-textiles-fiche-detaillee/feed/ 0
Les métiers du Design d’Espace – Fiche détaillée https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-despace/ https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-despace/#respond Thu, 06 Jun 2019 13:19:45 +0000 https://www.ecolelafontaine.fr/?p=3481 DESIGNER D’ESPACE Un métier à valeur ajoutée… Analyser et comprendre les attentes et les besoins d’un client tout en les rattachant à un environnement social et culturel (usage et sens). Piloter la conception et la réalisation d’un espace structuré satisfaisant aux exigences des usagers ainsi qu’aux contraintes architecturales, budgétaires et/ou administratives. Interlocuteurs internes privilégiés Ingénieurs […]

Cet article Les métiers du Design d’Espace – Fiche détaillée est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>

DESIGNER D’ESPACE

Un métier à valeur ajoutée…

Analyser et comprendre les attentes et les besoins d’un client tout en les rattachant à un environnement social et culturel (usage et sens). Piloter la conception et la réalisation d’un espace structuré satisfaisant aux exigences des usagers ainsi qu’aux contraintes architecturales, budgétaires et/ou administratives.

Interlocuteurs internes privilégiés

Ingénieurs

Interlocuteurs externes privilégiés

Architectes, spécialistes en économie, prestataires/sous-traitants

Activités principales

  • Constitution du cahier des charges ou réinterrogation du cahier des charges établi afin d’expliciter les besoins implicites ;
  • Prise en considération de la taille de l’espace, du bâtiment et de son environnement (analyse du milieu) ;
  • Spécification du besoin et recueil d’informations complémentaires grâce à un échange entre la MOA et le concepteur designer ;
  • Gestion volumétrique de l’espace à partir du scénario de vie de l’usager ;
  • Représentation du concept de façon visuelle (esquisses, croquis, etc.) ;
  • Formulation d’hypothèses de structuration de l’espace ;
  • Validation de l’hypothèse à concrétiser et formalisation de l’avant-projet sommaire (plan de projet) ;
  • Mise au point du projet et élaboration de l’avant-projet définitif (plan d’exécution) ;
  • Formalisation du cahier des charges ;
  • Structuration et planification des différentes phases du projet ;
  • Identification et consultation des sous-traitants ;
  • Médiation entre la MOA et les prestataires/sous-traitants quant au déroulement du chantier ;
  • Coordination et planification des interventions des sous-traitants ;
  • Suivi de la production et contrôle des résultats.

Compétences requises (techniques, relationnelles)

  • Bonne culture générale ;
  • Bonne connaissance des arts appliqués ;
  • Connaissances en sciences humaines/sociales ;
  • Connaissance des références dans le domaine du design espace ;
  • Connaissances en sémiologie (couleurs, formes, textures) ;
  • Bonnes connaissances en architecture ;
  • Connaissances juridiques (sécurité, bâtiment, etc.), si le designer touche au bâti ;
  • Bonne connaissance des expertises métiers et de leurs qualifications ;
  • Vision globale stratégique.

Compétences relationnelles requises

  • Écoute ;
  • Esprit d’analyse et de synthèse ;
  • Aisance relationnelle ;
  • Rigueur ;
  • Pragmatisme.

Compétences techniques requises

  • Maîtrise des principes de construction (structures, réglementations telles que le désenfumage, la sécurité incendie, PMR, etc.) ;
  • Maîtrise des matériaux et de leurs propriétés ;
  • Maîtrise des techniques du dessin ;
  • Capacité à établir une représentation spatiale ;
  • Maîtrise de l’analyse des flux (« analyse des 5 minutes ») ;
  • Maîtrise du suivi de production ou de réalisation (économie de chantier, économie de production) ;
  • Capacité à déléguer ;
  • Maîtrise des notions d’échelle, de détail et de temps ;
  • Maîtrise du maquettage ;
  • Maîtriser la modélisation 2D/3D ;
  • Maîtrise des logiciels spécialisés (Photoshop, Illustrator, AutoCAD, 3Ds Max, Sketchup, etc.) ;
  • Maîtrise des plans, croquis, coupes ;
  • Maîtrise des perspectives ;
  • Maîtrise des relations transversales (clients, fournisseurs, prestataires) ;
  • Maîtrise des techniques de communication écrite et orale ;
  • Connaissances en gestion administrative de personnel.

 

Niveau de qualification indicatif

Bac+5. Écoles de design, écoles d’architecture
3-5 ans d’expérience en architecture d’intérieur, architecture commerciale ou retail, aménagement d’espaces

Passerelles professionnelles

Métiers de provenance : assistant designer
Métiers d’évolution : directeur du design, design manager, chef de projet design, architecte d’intérieur

Rémunération courante

35 k€ – 75 k€ (brut annuel)
50 k€ – 125 k€ (CA brut annuel en indépendant)

 

Source : Référentiel des métiers du design – DGCIS/INTERFACE

Cet article Les métiers du Design d’Espace – Fiche détaillée est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-despace/feed/ 0
Les métiers du Design de Service – Fiche détaillée https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-de-service-fiche-detaillee-designer-de-service/ https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-de-service-fiche-detaillee-designer-de-service/#respond Mon, 03 Jun 2019 12:44:29 +0000 https://www.ecolelafontaine.fr/?p=3477 Un métier à valeur ajoutée...Mettre en perspective les besoins de l’entreprise et le projet afin de garantir la cohérence du projet. Innover ou optimiser un service afin qu’il soit mieux adapté à l’usager final en termes d’appropriation et de désirabilité.Interlocuteurs internes privilégiésDirection générale, chef de projet, service marketing, ingénieurs Interlocuteurs externes privilégiésPrestataires/sous-traitantsActivités principalesContextualisation de la demande et aide à la définition du besoin ;Personnalisation de l’approche design et construction d’un cahier des charges sur-mesure ;

Cet article Les métiers du Design de Service – Fiche détaillée est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>

DESIGNER DE SERVICE

Un métier à valeur ajoutée…

Mettre en perspective les besoins de l’entreprise et le projet afin de garantir la cohérence du projet. Innover ou optimiser un service afin qu’il soit mieux adapté à l’usager final en termes d’appropriation et de désirabilité.

Interlocuteurs internes privilégiés

Direction générale, chef de projet, service marketing, ingénieurs

Interlocuteurs externes privilégiés

Prestataires/sous-traitants

Activités principales

  • Contextualisation de la demande et aide à la définition du besoin ;
  • Personnalisation de l’approche design et construction d’un cahier des charges sur-mesure ;
  • Organisation des réunions de prise de décision et de validation par rapport à l’orientation du projet ;
  • Facilitation de la communication interne afin de décloisonner les services ou acteurs impliqués dans la réalisation du projet ;
  • Rôle d’alerte sur les options et les modalités de mise en œuvre du projet ;
  • Scénarisation, modélisation des usages du service ;
  • Développement d’un travail collaboratif avec les intervenants internes et/ou externes (approche pluridisciplinaire) ;
  • Définition et conception de la matérialité des points de contact (incarnation concrète ou virtuelle de l’interface) ;
  • Approfondissement de la matérialité des points de contact en concertation avec des experts ;
  • Définition des implantations possibles du service ;
  • Prise en compte de manière globale du parcours utilisateur (amont, pendant, aval) ;
  • Concrétisation du projet tout en veillant à la continuité du service ;
  • Communication régulière auprès des différents intervenants afin de porter la vision du projet ;
  • Matérialisation du service (maquettage, prototypage, cartographie du service, parcours utilisateur) en vue de faciliter l’utilisation du service ;
  • Réalisation du prototypage ;
  • Description très fine des composants des interfaces afin de guider les développeurs ;
  • Suivi du chantier avec les développeurs lors du dessin des points de contact ;
  • Coordination avec les autres disciplines du design (numérique, produit, espace, etc.) ;
  • Suivi de la mise en œuvre du projet.

Compétences générales requises

Compétences relationnelles requises

  • Connaissance intrinsèque du métier d’application ;
  • Connaissance des expertises métiers (interactif, produit, etc.) inhérentes aux différents points de contact ;

Compétences techniques requises

  • Maturité professionnelle ;
  • Capacité à se positionner et à défendre ses idées/projets ;
  • Esprit d’analyse et de synthèse ;
  • Capacité d’adaptation ;
  • Empathie ;
  • Émotivité ;
  • Capacités créatrices et artistiques supérieures.

Compétences techniques requises

  • Expertise technique sur la définition des points de contact ;
  • Expertise en conception design ;
  • Maîtrise des processus ;
  • Maîtrise des techniques du dessin ;
  • Maîtrise des relations transversales (clients, fournisseurs, prestataires).

Niveau de qualification indicatif

Bac+5. Écoles de design

Passerelles professionnelles

Métiers de provenance : assistant designer
Métiers d’évolution : directeur du design, design manager

Rémunération courante

35 k€ – 60 k€ (brut annuel)

 

Source : Référentiel des métiers du design – DGCIS/INTERFACE

Cet article Les métiers du Design de Service – Fiche détaillée est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-de-service-fiche-detaillee-designer-de-service/feed/ 0
Chercheur en Design en entreprise : fiche détaillée https://www.ecolelafontaine.fr/chercheur-en-design-en-entreprise-fiche-detaillee/ https://www.ecolelafontaine.fr/chercheur-en-design-en-entreprise-fiche-detaillee/#respond Thu, 30 May 2019 15:33:28 +0000 https://www.ecolelafontaine.fr/?p=3407 Voici la liste des caractéristiques du métier identifié dans le domaine de recherche en Design :  Chercheur en Design en entreprise. Pour  identifier au mieux ce métier l'article tiré du référentiel des métiers du Design (DGCIS/INTERFACE) liste les caractéristiques suivantes : Intitulé du métier, Un métier à valeur ajoutée : finalité, raison d’être du métier, Interlocuteurs privilégiés : champ des relations, types d’interlocuteurs avec lesquels le designer sera potentiellement amené à interagir pour mener à bien les missions de ce métier, Activités principales et secondaires, Compétences requises : générales, techniques, relationnelles, Tendances d’évolution : évolutions pressenties en termes d’activités, de compétences, de matériels, de conditions d’exercice à court/moyen/long terme, Niveau de qualification indicatif : niveau de formation, expérience, Passerelles professionnelles : métiers de provenance et métiers d’évolution.

Cet article Chercheur en Design en entreprise : fiche détaillée est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
FICHE METIER : RECHERCHE EN DESIGN

Voici la liste des caractéristiques du métier identifié dans le domaine de recherche en Design :  Chercheur en Design en entreprise.

Pour  identifier au mieux ce métier l’article tiré du référentiel des métiers du Design (DGCIS/INTERFACE) liste les caractéristiques suivantes : Intitulé du métier, Un métier à valeur ajoutée : finalité, raison d’être du métier, Interlocuteurs privilégiés : champ des relations, types d’interlocuteurs avec lesquels le designer sera potentiellement amené à interagir pour mener à bien les missions de ce métier, Activités principales et secondaires, Compétences requises : générales, techniques, relationnelles, Tendances d’évolution : évolutions pressenties en termes d’activités, de compétences, de matériels, de conditions d’exercice à court/moyen/long terme, Niveau de qualification indicatif : niveau de formation, expérience, Passerelles professionnelles : métiers de provenance et métiers d’évolution.

CHERCHEUR EN DESIGN EN ENTREPRISE

Un métier à valeur ajoutée…

Intégrer le design et l’innovation comme levier dans le secteur économique et public. Accompagner la définition de nouveaux modèles ou concepts liés aux besoins sociaux et aux changements économiques à court/moyen terme. Explorer de nouveaux territoires business (modèle économique) afin d’aider à la prise de décision quant aux futurs produits/services à offrir par l’entreprise.

Interlocuteurs internes privilégiés

Direction générale/comité de Direction, service marketing, service R&D, équipe technique.

Interlocuteurs externes privilégiés

Agences de design, centres de recherche/universités, bureaux d’études, spécialistes en sciences humaines/sociales, spécialistes en économie.

Activités principales

  • Réalisation d’activités de veille sur les dimensions économique, sociale, technique, plastique et culturelle ;
  • Identification et association de ressources externes (partenaires, expertises, savoirs associés) au travail de recherche ;
  • Élaboration de méthodes de recherche (analyse, définition d’enjeux) ;
  • Réalisation d’observations et d’immersions pour appréhender les différentes dimensions du produit/service ;
  • Établissement d’un état des lieux culturel et scientifique du contexte interrogé (réalisation d’une bibliographie détaillée et raisonnée, rassemblement des ressources pour circonscrire au plus juste un problème) ;
  • Contextualisation et compréhension des besoins et des utilisateurs ;
  • Conceptualisation du produit ;
  • Construction de scénarii d’usage ;
  • Proposition de nouveaux process/méthodologies design ;
  • Mise en visibilité du concept, communication (présentation, synthèse, etc.) ;
  • Élaboration d’une grille d’évaluation du concept et de tests par démonstrateur.

Activités secondaires

  • Animation de groupes de travail ;
  • Transmission et enseignement de savoirs en design ;
  • Échanges avec les chercheurs/universitaires internationaux ;
  • Rédaction de publications destinées à l’échelle internationale.

Compétences générales requises

  • Bonne connaissance de l’histoire du design et de l’histoire de l’art ;
  • Bonne culture produit ;
  • Bonne culture générale ;
  • Vision sur les évolutions humaines et technologiques.

Compétences relationnelles requises

  • Esprit d’analyse et de synthèse ;
  • Capacité de conceptualisation ;
  • Capacité de concrétisation ;
  • Pragmatisme ;
  • Sensibilité pour le respect de l’Homme et de la nature ;
  • Curiosité (écoute des signaux émergents) ;
  • Intuition ;
  • Sens de l’observation ;
  • Vision projective.

Compétences techniques requises

  • Connaissance des process industriels ;
  • Connaissance des matériaux ;
  • Connaissances de base en anatomie et en ergonomie ;
  • Connaissances de base en sociologie et anthropologie ;
  • Capacité à s’exprimer par l’image et le dessin ;
  • Capacité à établir une représentation spatiale ;
  • Maîtrise de la preuve de concept (POC) ;
  • Maîtrise des techniques de maquettage ;
  • Maîtrise des nouvelles technologies ;
  • Capacité à travailler en équipe pluridisciplinaire ;
  • Maîtrise de l’anglais (oral et écrit).

Tendances d’évolution du métier

Orientation vers la dimension internationale nécessitant la maîtrise d’une langue étrangère.

Niveau de qualification indicatif

Doctorat. Écoles de design (éventuellement couplées avec écoles d’ingénieurs), écoles des beaux-arts, ou équivalent sociologue ou politologue.

Passerelles professionnelles

Métiers de provenance : designer produit, designer de service, designer d’espace, designer couleurs et matières.

Métiers d’évolution : directeur artistique, directeur de création, directeur du design, design manager.

 

Source : Référentiel des métiers du design – DGCIS/INTERFACE

Cet article Chercheur en Design en entreprise : fiche détaillée est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
https://www.ecolelafontaine.fr/chercheur-en-design-en-entreprise-fiche-detaillee/feed/ 0
Les métiers du design de Produit : Fiche détaillée https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-de-produit-fiche-detaillee/ https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-de-produit-fiche-detaillee/#respond Mon, 27 May 2019 15:39:12 +0000 https://www.ecolelafontaine.fr/?p=3410 Les métiers du design de Produit : Fiche détaillée - caractéristiques. Voici la liste des caractéristiques du métier identifié dans le domaine du Design de produit : Le Designer Produit. Pour  identifier au mieux ce métier l'article tiré du référentiel des métiers du Design (DGCIS/INTERFACE) liste les caractéristiques suivantes : Intitulé du métier, Un métier à valeur ajoutée : finalité, raison d’être du métier, Interlocuteurs privilégiés : champ des relations, types d’interlocuteurs avec lesquels le designer sera potentiellement amené à interagir pour mener à bien les missions de ce métier, Activités principales et secondaires, Compétences requises : générales, techniques, relationnelles, Tendances d’évolution : évolutions pressenties en termes d’activités, de compétences, de matériels, de conditions d’exercice à court/moyen/long terme, Niveau de qualification indicatif : niveau de formation, expérience, Passerelles professionnelles : métiers de provenance et métiers d’évolution.

Cet article Les métiers du design de Produit : Fiche détaillée est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>

FICHE METIER : DESIGNER PRODUIT

Voici la liste des caractéristiques du métier identifié dans le domaine du Design de produit : Le Designer Produit. 

Pour  identifier au mieux ce métier l’article tiré du référentiel des métiers du Design (DGCIS/INTERFACE) liste les caractéristiques suivantes : Intitulé du métier, Un métier à valeur ajoutée : finalité, raison d’être du métier, Interlocuteurs privilégiés : champ des relations, types d’interlocuteurs avec lesquels le designer sera potentiellement amené à interagir pour mener à bien les missions de ce métier, Activités principales et secondaires, Compétences requises : générales, techniques, relationnelles, Tendances d’évolution : évolutions pressenties en termes d’activités, de compétences, de matériels, de conditions d’exercice à court/moyen/long terme, Niveau de qualification indicatif : niveau de formation, expérience, Passerelles professionnelles : métiers de provenance et métiers d’évolution.

LE DESIGNER PRODUIT

Un métier à valeur ajoutée…

Développer et concrétiser un produit industrialisable en série pour le compte d’une entreprise.

Interlocuteurs internes privilégiés

Direction générale/comité de Direction, chef de produit, chef de projet, service commercial, service des achats.

Interlocuteurs externes privilégiés

Agences de design, bureaux d’études, fournisseurs de matériaux.

Activités principales

  • Analyse et enrichissement du cahier des charges ;
  • Analyse de l’existant et de la documentation ;
  • Analyse des données d’expérimentations et d’essais ;
  • Restitution des données techniques dans un contexte industriel défini ;
  • Orientation du choix des procédés et des matériaux ;
  • Élaboration d’un cahier d’idées/concepts ;
  • Convergence et finalisation de l’avant-projet ;
  • Observation et analyse des usages, des tendances, etc. ;
  • Traduction d’une identité de marque ;
  • Programmation et scénarisation d’un projet ;
  • Mise en place d’un démonstrateur (maquette, 3D, animation, dessin, etc.) en vue d’une expérimentation et d’une incarnation des projections ;
  • Transmission des spécifications techniques aux équipes du bureau d’études, du marketing et de la direction générale ;
  • Réalisation du suivi technique jusqu’au premier de série ;
  • Observation critique du résultat et ajustement de la démarche au besoin ;
  • Mise en œuvre d’actions correctives adéquates pour faire évoluer un projet ;
  • Exploitation des technologies de l’information, de communication et de collaboration pour assurer le bon déroulement du projet ;
  • Veille quant à la tenue des objectifs (conceptuels, factuels, temporels) ;
  • Veille sur la qualité perçue de la conception (gestion des matières, des couleurs, de l’aspect) ;
  • Mise en œuvre d’actions de reporting.

Activités secondaires

  • Proposition de projets visant à être brevetés ;
  • Échanges avec les intervenants internationaux ;
  • Encadrement d’un stagiaire, assistant designer.

Compétences générales requises

  • Bonne connaissance de l’histoire du design et de l’histoire de l’art ;
  • Bonne culture produit.

Compétences relationnelles requises

  • Capacité à se positionner et à défendre ses idées/projets ;
  • Esprit d’analyse et de synthèse ;
  • Autonomie ;
  • Aisance relationnelle ;
  • Ouverture à la critique ;
  • Prise de recul quant à ses propositions ;
  • Capacités créatrices et artistiques supérieures ;
  • Capacité de conceptualisation ;
  • Persévérance.

Compétences techniques requises

  • Maîtrise des techniques de maquettage ;
  • Maîtrise des matériaux et de leurs propriétés (texture, dureté, etc.) ;
  • Maîtrise de la modélisation 3D ;
  • Maîtrise de la CAO ;
  • Maîtrise de la représentation des surfaces et des volumes ;
  • Maîtrise des techniques du dessin ;
  • Maîtrise de la lecture et de l’exploitation d’un plan technique ;
  • Maîtrise du cycle de production ;
  • Connaissance des techniques de production ;
  • Capacité à estimer des coûts et à gérer un budget ;
  • Sens de la planification ;
  • Capacité à travailler en équipe pluridisciplinaire ;
  • Maîtrise de l’anglais (oral et écrit).

Tendances d’évolution du métier

Orientation vers la dimension internationale.

Niveau de qualification indicatif

Bac+5. Écoles de design (éventuellement couplées avec écoles d’ingénieurs).

Passerelles professionnelles

Métiers de provenance : assistant designer.
Métiers d’évolution : directeur du design en agence, designer manager, directeur artistique, chef de projet design.

Rémunération courante

30 k€ – 50 k€ (brut annuel)
30 k€ – 65 k€ (CA brut annuel en indépendant)

 

Source : Référentiel des métiers du design – DGCIS/INTERFACE

Cet article Les métiers du design de Produit : Fiche détaillée est apparu en premier sur Ecole d'arts et de design la Fontaine.

]]>
https://www.ecolelafontaine.fr/les-metiers-du-design-de-produit-fiche-detaillee/feed/ 0